mercredi

Le "stealth marketing" de plus en plus à la mode grâce à La Famille Jones

Le marketing furtif est une approche qui consiste à communiquer en évitant que l'origine du message puisse être identifiée par les destinataires, comme provenant de la marque concernée ou de son agence.
C’est à dire qu’une marque envoie des personnes rémunérées pour vous pousser à acheter son produit. Le principe d’un « avis en direct », comme une espèce de secret que l’on ne dévoile pas à tout le monde, a un très bon impact sur la cible. Elle se sent alors en quelque sorte privilégiée, et est sure de faire une bonne expérience d’achat.
Très longtemps utilisé sur internet via les forums et les réseaux sociaux, le marketing furtif serait-il entrain de s’élargir ?

L’affluence de messages publicitaires est omniprésente, les consommateurs sont de moins en moins crédules. Le marketing furtif est une manière de contourner le blocage que pourraient avoir les consommateurs, croulants sous les publicités.
On l’appelle aussi "stealth marketing" du nom de la technologie stealth qui rend certains bombardiers indétectables au radar. Ainsi, au lieu de se contenter d’une présence sur internet, le marketing furtif s’installe désormais dans la vie de tous les jours.

Exemple :
Sony Ericsson a utilisé le marketing furtif en 2002 aux USA en embauchant 60 acteurs dans 10 grandes villes. Leur rôle était d’accoster certaines personnes dans la rue en leur demandant gentiment s’ils pouvaient les prendre en photo. De là, le passant se retrouve à utiliser le nouveau téléphone Sony, tandis que l’acteur lui en vante les mérites. Un acte de civisme a été transformé en un événement de marque.
Blackberry s’est aussi emparé de ce nouveau moyen publicitaire pour le Blackberry Pearl. La marque a envoyé plusieurs jolies actrices draguer pendant les happy hours de quelques bars de New York. Téléphone en main, lorsqu’elle accepte de prendre le numéro du piégé, c’est tout naturellement qu’elle lui tend son Blackberry. Ainsi, le pauvre garçon ne sera jamais appelé et aura été attaquer par le géant des smartphones sans même s’en rendre compte.

Julia Royter, 26 ans, piège un NewYorkais avec son Blackberry pour qu'il la prenne en photo.


C’est grâce au film sortit en France le 17 novembre dernier « The Joneses » que le débat du marketing furtif est remis sur le tapis. 



David Duchovny et Demi Moore se prêtent au jeu du « stealth marketing », se faisant passer pour la famille parfaite, ce couple et leur deux magnifiques enfants emménage dans un quartier résidentiel. Leur mission est de vendre un maximum de produits. Chaque membre de cette fausse famille possède une liste de biens et doivent faire saliver leur entourage au point que tous les achètent.

Même si la pratique du marketing furtif est intéressante, le film va un peu plus loin en montrant ses failles et ses excès. Le principe même de détourner la publicité et les moyens de promotion classique est, pour une marque, un moyen de se donner une bonne image, de toucher des consommateurs de façon plus directe et plus personnelle. Ceci dit, le stealth marketing reste une nouvelle façon de tromper la cible grâce à des acteurs charismatiques et une bande de commerciaux déguisés.

Maintenant que des passants sont payés pour nous transformer en personnes envieuses et pour créer chez nous un besoin de consommation, où va donc s’arrêter la promotion ? que vont inventer les marques et agences de communication/publicité pour toucher le consommateur ?




Louise Latournerie

3 commentaires:

  1. Je pense que l'on pousse à l'extrême le marketing virale.
    On force la main de la propagation d'un produit en utilisant un message furtif.
    Cependant un marketing furtif bien utilisé semble pouvoir exister (vanter un produit par de vrai fan de ce produit semblerait plus légitime).

    Bon article au passage

    RépondreSupprimer
  2. Louise Latournerie15:24

    Je suis tout à fait d'accord, le problème c'est bien évidemment que ces "marketer furtif" sont payés, et n'ont peut-être jamais testé les produits qu'ils défendent, pas top pour en vanter les mérites...
    Il serait intéressant pour les entreprises de chercher des consommateurs réguliers près à en parler contre rémunération par exemple !

    et merci beaucoup pour ton commentaire !

    RépondreSupprimer
  3. Un très bon article, Ladyplanneuse, bravo ;)

    Et on voit que tu es passée par les bonnes "écoles" (Prox, Activ...).

    Keep up with the good job!

    RépondreSupprimer